Durant l'été 2000, près de trente ans après le début des recherches, un galet gravé a été découvert à Étiolles. Premier témoignage de ce genre, il constitue un élément majeur dans l’étude des derniers groupes magdaléniens qui fréquentaient la région.

Depuis 1995, les fouilles portaient sur des niveaux d’habitats du locus 2, dont trois très proches en stratigraphie ; centrés sur le même foyer, ils se caractérisent par une organisation identique de l'espace. Ils correspondent à des occupations très rapprochées dans le temps, peut-être s'agit-il du même groupe revenant s'établir sur les traces encore visibles de ses séjours précédents.

La pierre gravée provient du foyer D71-1, le plus récent. Il s'agit d'une profonde cuvette creusée dans le limon, entourée d'une double couronne de pierres. Plusieurs dalles de calcaire formant la bordure extérieure recouvraient des vestiges. C'est précisément sous l'une d'elles que fut déposée la pierre gravée. En raison de leur finesse et du sédiment qui les enrobait, les gravures ne furent identifiées que lors du nettoyage au dépôt de fouilles.