Image d'illustration
1
Découvrir la grotte

La vallée de l’Ardèche au Paléolithique

La faune

Il y a quelque 36 000 ans, nous sommes en période glaciaire et le paysage constitue une mosaïque de steppes et de toundras. Ces étendues froides et sèches permettent l’installation de grands troupeaux d’herbivores comme le renne, le bison, le cheval, le bouquetin ou encore le mammouth laineux. Vivent aussi notamment des rhinocéros laineux et des mégacéros, grands cervidés de la taille de l’élan actuel et possédant des ramures dont l’envergure pouvait dépasser 3,50 m !

Une faune diversifiée

Cet environnement est aussi parcouru par des carnivores : renards (roux et polaire), glouton, loup, panthère, lion, hyène et ours des cavernes. Le reste de la faune comprend aussi, bien entendu, des rongeurs, dont la marmotte ou le lemming à collier, des oiseaux parmi lesquels la chouette harfang, le coq de bruyère, le lagopède ou encore le chocard à bec jaune, sans oublier les poissons, reptiles, batraciens… Notons que certaines espèces ont complètement disparu depuis : le mammouth, le rhinocéros laineux, le mégacéros, l’ours, le lion ou l’hyène des cavernes. Avec le réchauffement climatique, d’autres animaux tels que le renne, le bœuf musqué, le renard polaire ou encore le glouton ont migré vers des régions mieux adaptées à leur mode de vie, comme le Grand Nord.

Une faune interprétée

Le bestiaire représenté à travers les peintures et les gravures de la grotte Chauvet témoigne en partie de cet assemblage. Cependant, il ne s'agit nullement d'un art naturaliste qui rendrait compte de l'environnement quotidien, mais de la représentation d'animaux symboliques, inspirés de la réalité selon un choix culturel dicté par la société. Le nombre de figurations de félins, mammouths et rhinocéros dominant à Chauvet semble propre à l'Aurignacien. Dans d'autres cultures, les animaux les plus fréquents peuvent être le bison comme au Gravettien, le couple cheval/bison, ou le renne pour le Magdalénien.