Carte de l'emplacement approximatif de l'épave de Saint-Gervais 2

Localisation approximative de l'épave Saint-Gervais 2 dans les Bouches du Rhône.

Description

Découverte en 1978, lors des travaux du port de Fos-sur-mer, l'épave Saint-Gervais 2 fait l’objet d'une fouille de sauvetage qui permet de dater son naufrage du VIIe siècle apr. J.-C. et met en évidence l'emploi d'un procédé de construction « membrures premières » attesté jusqu’alors sur un seul autre site, l'épave Yassi Ada 1, en Turquie. L’épave offre un exemple unique de pompe de cale complète et sa cargaison témoigne pour la première fois d’un commerce maritime du blé. Il reste peu de mobilier sur le site. L’essentiel a dû être récupéré au moment du naufrage mais ce qu’il en reste, céramique sigillée, amphores africaines et orientales, lampe… tend à dater le site dans la deuxième moitié du VIIe siècle en dépit de la présence d'une monnaie d'Héraclius de Carthage datée de 611-612. L’épave Saint Gervais 2 constitue ainsi le témoignage maritime le plus tardif de la pérennité de courants commerciaux transméditerranéens qui sont par ailleurs déjà largement attestés par des fouilles terrestres.

Photographie d'une amphore africaine
Photographie d'une pompe de cale
Photographie d'une plaque de boucle mérovingienne

Amphore africaine de type spatheion.

© Marie-Pierre Jézégou/DRASSM

Pompe de cale. Les madriers surmontent un corps de pompe quadrangulaire inséré dans un espace réservé entre les membrures.

© Stéphane Cavillon/DRASSM

Plaque de boucle mérovingienne.

© Marie-Pierre Jézégou/DRASSM

Responsables d’opération

  • Marie-Pierre Jézégou (1978)

Bibliographie

  • JÉZÉGOU Marie-Pierre — Le mobilier de l'épave de Saint-Gervais 2 (VIIe s.) à Fos-sur-Mer. In : Fouilles à Marseille, les mobiliers. Editions Errance, 1998, p. 343-351 (Etudes Massaliètes 5).